galerie basia embiricos presentation galerie basia embiricos photographes galerie basia embiricos evenements galerie basia embiricos galerie basia embiricos galerie basia embiricos
Claire de Virieu


En bref

“ Le jardin devient l’atelier de Claire de Virieu, elle laisse faire la lumière et sauve l’instant ”.
Edouard Boubat.
J’ai toujours eu une forme de relation émotionnelle avec la nature et le désir très fort de la retranscrire. Les jardins sont un sujet d'où l'artifice est exclu, le photographe n'intervient pas ; seuls comptent le regard, l'attente de l'instant magique où la lumière crée l'image, où le jardin révèle un peu de son âme".
Comme l'écrit son maître et ami Edouard BOUBAT : "Dans cette apparente facilité photographique le plus clair est de laisser la place à tout ce qui ne vient pas de nous ...mais de ce qui est donné avec la vie et la baigne comme un chant".


PARIS JARDINS

Chaque livre est une histoire d’amour. J’aime Paris. J’y suis née et j’y vis. Ses jardins sont autant de miroirs où se reflètent sa culture, son esprit et sa beauté si particulière.
Dans son livre sur le « Merveilleux », Pierre Mabille écrit :
« Les amants sont des sourciers infaillibles…leurs yeux, renouvelés par l’émotion, perçoivent la totale réalité des choses qu’ils lavent de la poussière des habitudes ».
C’est avec ces yeux là que je me suis promenée dans les jardins de Paris. Je les ai traversés, retraversés…jusqu’à ce que, peu à peu, ils me traversent à leur tour…dans la lumière qui est la matière de mon travail, comme la pierre l’est au sculpteur ou la couleur au peintre.
Car, si le ciel longuement scruté et l’improbable météo me semblaient favorables, c’est à un rendez-vous lumineux que je me suis rendue chaque matin.
Il y en eut beaucoup de manqués…d’autres, plus rares, ont été des moments de grâce.
Les images qui me sont données là, je les appelle météorites: ce sont des cadeaux du ciel. Seuls comptent le regard, l’attente de l’instant magique où la lumière crée l’image, où le jardin révèle un peu de son âme.
Certains se livrent tout de suite. Pour d’autres, il s’agit d’une longue et difficile conquête… avec parfois la surprise des rencontres… Insolites, furtive, tendre ou joyeuse, chacune de ces apparitions est accueillie, portée par le jardin, comme participant de la même sève : le citadin vient au jardin se relier au vivant. Ce monde clame et apaisant est séparé des trépidations urbaines par une grille. Lorsqu’on franchit, le corps est en émoi, touché par ce pollen de vie que savent recueillir les attentifs : le regard s’aiguise, l’air a du goût, les bruits s’harmonisent, la terre est douce sous les pieds, tout est caresse.
Ces moments d’heureuse complicité sont venus se fixer dans ma boîte à « éphémère (s). »

Claire de Virieu


***


« Garden becomes Claire de Virieu’s workshop, she lets do the light and saves the moment ».
Edouard Boubat
« I always had a shape of emotional relationship with the nature and a strong desire to retranscribe it. Gardens are a subject where from the subtlety is excluded, the photographer does not intervene ; only count the look, the wait for the magic moment when the light creates the image, where the garden reveled a little its soul. »
As her master and friend Edouard BOUBAT writes : « In this visible photographic ease, most clearly is to make way for all which does not come from us… but from what is given with the life and bathes it as a song.


PARIS JARDINS

Each book is a love story. I love Paris. Where I was born and I live. Its gardens are so many mirors where are reflected its culture, its spirit and so particular beauty.
In his book on the « Supernatural», Pierre Mabille writes :
« Lovers are infallible dowsers …Their eyes, renewed by the emotion, perceive the total reality of things that they wash from dust of the habits ».
It is with those eyes that I walked in the gardens of Paris. I crossed them, crossed again until, little by little, they cross me in their turn… in the light which is the material of my work, as the stone is to the sculptor or the color to the painter. Because if the for a long time scrutinized sky and the improbable weather report seemed to me favorable, it is to a bright meeting that I went every morning. There were many of missed … other, rarer, were moments of grace.
The images which are given to me there, I call them meteorites : they are presents of the shy. only count the look, the wait for the magic moment when the light creates the image, where the garden reveled a little its soul.
Some are engaged at once. For others, it is about a long and difficult conquest with sometimes the surprise of the meetings… Unusual, furtive, soft or joyful, each of these appearances is welcomed, carried by the garden, as participant of the same sap : the city-dweller comes to the garden to be connected in the alive. This quiet and soothing world is separated from urban vibrations by a railing. When we cross, the body is in emotion, affected by this pollen of life that the attentive know how to collect : the look sharpens, the air has some taste, the noises harmonizes, the ground is soft under feet, everything is caress.
These moments of happy complicity came to settle in my « short-lived » box.

Claire de Virieu

CV. resume

EXPOSITIONS PERSONNELLES

Déc 2008   - Le Bon Marché
Mar 2008    - Fondation Pierre Bergé Yves Sait Laurent à Paris.
Déc 2007   - Deyrolle
Juil 2006    - Jardins Bonaparte à St Raphaël
Mai 2005    - Galerie Spiralinthe – Semur-en-Auxois
Jun 2004    - Carré Rive Gauche – Galerie Tectona
Jun 2001    - Uzès – Cour de l’Evêché
Apr 2001     - 1er festival du film de jardins à Albi
Mar 2000    - «Le Prince Jardinier» - Palais Royal Paris
Jan 2000    - H.U.G. / Une Belle Idée – Genève
1999            - Festival des Jardins de Chaumont sur Loire
1998            - Galerie Esther Woerdehoff - Paris
1997            - Musée des Arts Décoratifs de Lausanne
                    - I.E.S.A - Paris
1996            - «L'Art du Jardin» à Saint-Cloud
                    - Verderonne
                    - Atelier Demi-Teinte à Paris (Mois de la photo)
1995            - Château de Villandry

EXPOSITIONS DE GROUPE

Nov 2010       - Paris-Photo/Carrousel du Louvre
Déc 2008       - Don de Vie Chapelle de la salle Pêtrière
                      - Musée de la Chasse .Deyrolle
Printps 2003  - Galerie Port autonome
Nov 2003       - Galerie Esther Woerdehoff
Nov. 2002      - « Une Femme Nue » - Paris - Tour Jean Sans Peur
2002               - Paris-Photo/Carrousel du Louvre
2001               - Paris-Photo/Carrousel du Louvre
Jun 2000       - Paysages de la Vigne - Bordeaux
1999               - Paris-Photo / Carrousel du Louvre
1998               - Paris-Photo / Carrousel du Louvre

LIVRES

En préparation :

Camille Muller "La nature du jardin"


Parus :

Oct 2008        - Paris Jardins Texte Marc Augé Imprimerie Nationale
Nov 2007       - Jardin Majorelle Texte Pierre Bergé Imprimerie Nationale
2005               - Portfolio : Jardin privé de Monsieur et Madame François Pinault
Printps 2000   - Les Jardins de la Mode | LE CHENE - Paris
1999                  Collection “Little Books of Great Gardens” editée par Vendôme Press New York et Actes Sud Paris :
                        - L'Alhambra | Texte Gabrielle van Zuylen 
                        - Apremont | Texte Gabrielle van Zuylen
                        - Majorelle | Texte Pierre Bergé et Madison Cox
                        - Ninfa | Texte Esme Howard et Lauro Marchetti
1996               - « Un Jardin pour Soi» - Texte Catherine Laroze - ACTES SUD

Participation à

2002  - « Une Femme Nue » - Editions Alternatives
1998  - « Le style Givenchy » - Assouline
           - Essential Gardens' book - Conran Octopus
1997  - Jardins Poèmes de Camille Muller (Le CHENE)
1996  - Jardins de Curé - Avec Georges Herscher et Michel Tournier - ACTES SUD

PRESSE. press

Rubrique en construction

coming soon